Eucalyptus Globuleux, Gommier bleu de Tasmanie, "l'arbre à la fièvre"


L’histoire des Eucalyptus et de la France commence au printemps 1792.

Une flottille de 2 navires français en difficulté à cause d’une tempête est contrainte de se réfugier au large de la grande ile de Van Diemen (qui deviendra plus tard la Tasmanie ) Ils avaient quitté la France en septembre 1791, ils sillonnaient les mers australes depuis...

En cette fin du XVIII  ème siècle la science naturelle progresse à grands pas, la plupart du temps lorsqu’il s’agit d’expéditions lointaines, les navires transportent à leur bord toutes sortes de scientifiques dans de telles aventures qui n’hésitent pas à risquer leur vie car animés du désir d’explorer de nouvelles terres et rapporter quelques échantillons de fruits, plantes ou insectes inconnus. Le botaniste de renom Jacques Julien Houtou de la Billardière botaniste de renom (d’où le nom Eucalyptus.Globuleux Labill. ) découvre cet eucalyptus globulus. En levant les yeux, il aperçoit les premières branches, à plus de cinquante mètres au dessus du sol. Observant le rameau fleuri, il est surpris par la forme du bouton Floral. Il lui aurait alors trouvé une ressemblance avec le bouton de son habit et baptise ainsi l’espèce globulus ou "petit bouton". Quatre ans plus tard il publie un ouvrage « Relations de voyages à la recherche de la Pérouse", dans lequel il consigne le fruit de ses observations et de ses recherches.

Ils observèrent alors les Aborigènes utilisant cet arbre pour soigner les fièvres, les maladies infectieuses, grâce aux cataplasmes ou autres préparations. Cet arbre servait également pour son bois imputrescible et très solide pour la construction de bateaux, de meubles etc...

Ils rapporteront des graines de ces expéditions et la découverte de l'Eucalyptus par les Européens débutera à cette période. Plus tard Ils découvriront qu'il peut vaincre la sécheresse et stérilité des sols et l'un des botanistes passionnés par cet arbre préconise sa plantation dans les régions les plus chaudes, ayant constaté cette théorie dans certaines régions d’Australie : en effet l’arbre résiste aux vents chauds et il grandit en bravant leur influence sur le sol sec de Victoria.

Plus tard, vers 1856 Prosper Ramel et Mueller deux botanistes passionnées, feront paraitre plusieurs articles sur les vertus thérapeutiques et de ses émanations qu’elles exerceraient sur le corps humain. Convaincu de la valeur de cet arbre pour le reboisement, P. Ramel eut l’idée de la faire planter dans le sud de l'Europe.

Mueller et P. Ramel conservant d’étroites relations, P. Ramel continue à lui distribuer les graines que celui-ci lui envoie et les Eucalyptus ne tardent pas à se répandre sur une grande partie de l’Afrique du Nord, l'Algérie, l'Egypte et dans le pourtour méditerranéen de la France où ils s'acclimatent plutôt bien (Nice et alentours) et permirent  d’assainir les sols marécageux et ainsi luter contre le paludisme. ( Fever tree est son nom anglais signifiant "arbre à fièvre" en référence à sa capacité d’assécher les marais où se développe le moustique anophèle, vecteur de la transmission du paludisme – la malaria.) On les retrouvera également sur la péninsule Ibérique (depuis la côte basque jusqu'au Portugal où ils furent et sont utilisés pour l'industrie du papier et la distillation d'huiles essentielles ou de miel.